Combien de temps faut-il laisser des redirections 301 après une migration ?

Vous avez effectué une migration d’URLS ou de nom de domaine pour votre site Internet et quelques temps après, lors d’une phase de maintenance, vous où quelqu’un de votre équipe vous pose cette question récurrente « Combien de temps les redirections doivent rester-elle en place ?« . Il n’y a pas de réponse unique à cette question ! Rassurez-vous le « ça dépend » SEO se résume ici à deux cas faciles à identifier que nous allons aborder ensemble.

Rappel : pourquoi mettre des redirections ?

Afin de bien traiter ce sujet, il est important de rappeler les fondamentaux. L’intérêt de mettre en place des redirections est de ne pas perde le « SEO » des pages. Ce « SEO » dont on parle ici est la puissance d’une page (Page Rank) et sa crédibilité. Cette notoriété de page est bien souvent due aux backlinks qu’elle reçoit et donc à la transmission de Page Rank lié. Le rôle de la redirection est donc simple : transmettre le Page Rank reçu vers la nouvelle page.

Et là vous allez dire : « Oui, mais on ne redirige pas que les pages ayant des backlinks dans une migration ! ». C’est pour cela que l’on va identifier deux cas en terme de durée de conservation:

Cas 1 : les URLs qui reçoivent des backlinks

L’une des recommandations dans ces cas-là, en plus des redirections, est de demander aux éditeurs des sites sources de mettre à jour le lien. Au delà du vœu pieux de cette recommandation (que nous validons malgré tout), c’est une tâche qui, en fonction du nombre de liens, peut s’avérer longue, fastidieuse, voire irréalisable de manière exhaustive.

Les redirections liées à des URLs qui reçoivent des liens doivent donc rester indéfiniment en place. Dans le cas où il y a eu carrément un changement de nom de domaine, il faut d’ailleurs bien penser à renouveler ce nom de domaine. Dans le cas contraire, vous mettrez à disposition de vos concurrents un nom de domaine expiré sur lequel ils pourront remonter un PBN qui viendra ensuite pousser leur propre site au lieu du votre : c’est l’un des risques d’une migration SEO.

Voici l'export Majestic du doaine source
KPI Majestic du site d’origine de la migration plus de 3 ans après

NB: sur un site que nous gérons où le changement de nom de domaine a eu lieu fin 2017, 3 ans après les URLs internes recevant des backlinks continuent d’être crawlées 1 à deux fois par semaine (voir extrait des logs ci-dessous). L’URL de la page d’accueil elle est crawlée encore aujourd’hui plusieurs fois par jour. (et ce sont les seules)

Extrait de logs 3 ans après une bascule
Extrait des logs Apache du site d’origine (les URLs avec backlinks sont toujours crawlées)

Cas 2 : Les URLs ne recevant aucun backlink

Les URLs ne recevant pas de backlink vont progressivement disparaitre des base de données de Google car elles n’y sont plus référencées. Il est important ici de ne pas comprendre « référencé » comme « positionné en SEO » mais bien comme « n’ayant aucune référence ailleurs sur Internet ». On peut même dire qu’elles sont orphelines.

N’ayant plus de référence ni de contenu (car redirigé ou 404), Google va progressivement bien accepter la transition vers la nouvelle URL.

Dans ce second cas, vous pourrez donc retirer les redirections une fois que Google aura complètement cessé de crawler les anciennes URLs.

Comment savoir si Google crawle encore les anciennes URLS ?

La seule manière de le savoir avec certitude est de procéder à ce que l’on appelle de l’analyse de logs (ce que nous montrions dans la capture précédente). Pour la mettre en place, vous pouvez vous contenter de récupérer les logs (Apache ou Nginx) depuis votre hébergement ou, si vous êtes en capacité technique de le faire, mettre en place la configuration suivante :

  1. Isoler les logs par noms de domaine (ancien et nouveaux) si c’est votre cas
  2. Isoler uniquement les passages des robots Google via le User Agent par exemple.

Vous pourrez ainsi monitorer avec certitude si vous pouvez effectivement retirer les redirections liées.